X (FERMER)

« Retour aux Infos Avalines


Aujourd'hui était une journée importante dans le calendrier très chargé du Club des Sports. L'organisateur du Critérium, avec les Fédération Internationale et Française de Ski, s'étaient en effet donnés le 13 novembre comme date butoir pour poursuivre l'organisation des trois week-ends de Coupe du Monde à Val d'Isère, du 5 au 20 décembre prochain. Le Premier ministre n'ayant pas annoncé de tour de vis supplémentaire lors de sa prise de parole de la veille, le groupe de travail s'est prononcé pour la poursuite de l'organisation de l'événement, considérant que le contexte sanitaire, certes difficile, permettait tout de même la tenue du Critérium. On le savait depuis 15 jours, la formule retenue cette année est le huis clos, aucun spectateur ni VIP ne seront admis sur le site ou à proximité de la piste durant les épreuves, mais de nombreuses autres questions restent encore en suspens. Si le confinement venait à être prolongé et la station fermée, comment loger et nourrir athlètes, équipes techniques et journalistes pendant ces trois semaines d'épreuves ? La Fédération Française de Ski travaille en lien étroit avec la préfecture pour obtenir des dérogations et permettre d'ouvrir certains établissements aux équipes. « On a deux semaines, et on va y arriver » affirme Ingrid Jacquemod, la directrice du Club des Sports, confiante. Mêmes questions pour les dérogations à la venue d'athlètes hors espaces Schengen. Le ministère des Sports semble facilitateur à ce sujet, d'autant que des footballeurs et rugbymen professionnels ont pu se déplacer pour des compétitions internationales. " Dans le ski, tous les athlètes qui ont un passeport hors Schengen sont déjà en Europe depuis un long moment pour les entrainements ". Précise la directrice du Club, là aussi confiante sur la venue des athlètes. Se pose aussi la question du personnel. L'organisation d'un Critérium demande une main d'oeuvre nombreuse et qualifiée, ainsi qu'une petite armée de bénévoles, souvent des fidèles de l'événement. Avec le huis clos, l'organisation est forcément différente, « on a revu les effectifs, notamment pour les 200 bénévoles qui interviennent avec nous sur le Critérium. Cette année, le nombre sera réduit de plus de moitié » détaille Ingrid Jacquemod. Cependant pas question de faire des économies sur le personnel technique, les professionnels de la montagne qui préparent le terrain, installent les filets de protection, et injectent la piste, il faudra être prêt à livrer des courses dans les mêmes conditions qu'une année normale. Concernant les conditions climatiques, Ingrid Jacquemod ironise « Après le souci COVID, on va se mettre sur le souci neige ». En station, le thermomètre passe à peine en dessous de 0°C dans la nuit, ce qui est loin d'être suffisant pour produire dans des conditions optimales. Les nivoculteurs arrivent cependant à produire, très tôt le matin, et la piste OK s'est déjà parée de quelques taches blanches sous les enneigeurs. On attend aussi avec impatience l'arrivée d'un refroidissement et d'une perturbation en fin de semaine prochaine, pile à temps pour la prochaine échéance, le contrôle neige, qui aura lieu le 27 novembre.

Interview d'Ingrid Jacquemod à écouter en podcast sur le site de Radio Val d'Isère