X (FERMER)

« Retour aux Infos Avalines


C’était une femme au fort caractère que les épreuves de la vie avaient forgé. Mais la droiture de sa morale montrait à tous un chemin d’apaisement et de vérité construit à force de travail et d’abnégation pour le bonheur de sa famille. Hélène Gunié n’est plus. Elle s’en est allée à l’âge de 94 ans. Transportée à l’hôpital jeudi 18 juin après un petit AVC, elle est partie rejoindre lundi soir Jean, son mari moniteur de ski bien connu à Val et décédé en 1973. Hélène nous a quittés en ayant exaucé son vœu le plus cher de grand-mère dynamique rattrapée par l’âge?: vivre le plus longtemps possible à la maison. Cette maison, à la Daille, devenu l’épicentre du cercle familial, l’indicible refuge des enfants, petits enfants et arrière petits enfants?; la porte ouverte, les proches y rentraient sans frapper. La matriarche avait un surnom?: «?Mamie Blues?». Issue d’une famille Bonnevie, dont le nom colle à jamais avec celui de Val d’Isère, Hélène savait ce qu’était le labeur. Née à Moutiers, elle passait, enfant, ses étés dans les maisons d’alpages estivales pour faire les foins de la famille. Plus tard, elle rencontre Jean avec qui elle se marie dans les années 40. Elle lui donnera 5 beaux enfants, 3 gaillards solides et 2 filles imbibées de générosité enseignée par Hélène. Le travail était sa valeur de vie, son repère social. Il y a bien longtemps, elle fut guichetière à la Poste. À la mort de Jean, elle monte, à force de volonté, la Rosée Blanche, d’abord buvette pour devenir ensuite le restaurant aujourd’hui bien connu des skieurs de la Daille. Son départ pour une éternité paisible déboussole sa descendance. Hélène était pour eux comme un phare, partageant sa détermination et transmettant avec fermeté ses valeurs. Les avalins se souviendront d’elle comme étant l’un des socles des pionniers de Val d’Isère sans qui la station ne serait peut-être aujourd’hui ce qu’elle est devenue.
Ses obsèques se dérouleront vendredi à 10h30 en l’église de Val d’Isère. Pas de curés, il s’agira d’une bénédiction, les mesures liées au Covid rendent les choses moins faciles. Il sera en effet demandé de conserver les règles de distanciations et les gestes barrières. Un verre de l’amitié sera offert à la Rosée Blanche à l’issue de la cérémonie en observant le protocole des obligations sanitaires actuelles.
Hélène sera ensuite incinérée et ses cendres dispersées au jardin du souvenir du cimetière de Val d’Isère.

Benoit Launay