X (FERMER)

« Retour aux Infos Avalines


Le deuxième conseil municipal de la mandature s'est tenu ce matin à 9h au Centre de Congrès. Toujours des distances de plus d'un mètre entre les conseillers, mais moins de masques que lors du conseil du 25 mai, et du public avec six personnes qui assistaient à la réunion. Ce conseil était à nouveau assez technique, la plupart des 12 points à l'ordre du jour concernait la répartition des membres dans les différentes commissions. 18 conseillers sur 19 étaient présents.

Patrick Martin commence par faire l'appel des conseillers présents, une nouveauté par rapport à la mandature précédente. Le maire continue en évoquant les deux derniers points rajoutés à l'ordre du jour « en urgence » et qui concernent la Régie des pistes. Avec seulement un jour franc entre l'ajout de ces points à l'ordre du jour et la tenue du conseil municipal, il est demandé aux élus de voter pour ce rajout, ce que les 18 personnes font. Tous les points de ce conseil ont d'ailleurs été votés à l'unanimité, nous ne nous répéterons donc pas dans ce compte rendu sur les résultats des votes. Patrick Martin continue en saluant Ingrid Tholmer et Pierre Roux Mollard, nouveaux conseillers de l'opposition, absents lors du conseil du 25 mai. Il termine en évoquant les décisions du maire depuis le dernier conseil avant de passer au point numéro 1.

Celui-ci concerne la désignation des membres de la commission de Délégation de service public. Les membres de cette commission sont Véronique Pesenti-Gros, Thierry Balenbois et Pierre Roux Mollard pour les titulaires et Françoise Ouachani, Fabien Hacquard et Gérard Mattis pour les suppléants. Avant le scrutin, il avait été demandé si les conseillers s'opposaient à ce que ces votes se fassent à main levée. Si tel n'avait pas été le cas, une urne avait été prévue pour voter à bulletin secret, mais aucun élu ne s'opposa au vote à main levée.

La commission d'appel d'offres suit. Les mêmes candidats sont proposés, et élus dans la foulée.

Nouvelles attributions pour les membres du conseil municipal siégeant au conseil d'administration de la Société d'économie mixte (S.A.E.M) SACOVAL. Patrick Martin rappelle que cette société a pour vocation de gérer le parc de logements communaux « c'est le bras armé de la commune en matière de logements », résume le maire. Les membres proposés et élus pour siéger à ce conseil d'administration sont Patrick Matin, Fabien Hacquard, Françoise Ouachani et Gérard Mattis.

Après la SACOVAL, c'est au tour de la SEM SOGEVALDI. Là encore Patrick Martin se veut très didactique et rappelle les origines et les objectifs de cette SAEM, détenue à 65% par la commune et qui gère à la fois les équipements culturels et sportifs de la commune et l'Office de Tourisme. Le conseil d'administration de cette société est composé de 16 membres, dont 9 sont désignés par le conseil municipal. Le maire précise que la SAEM SOGEVALDI a la gestion du Centre aquasportif, du Centre de congrès, du Circuit de glace, du Village des enfants et d'autres équipements en délégation de service public (DSP), jusqu'en septembre 2021. Un appel d'offres sera lancé dans les prochains mois pour le renouvellement de cette DSP. C'est pour cela que les élus qui siègent au conseil d'administration de la SAEM SOGEVALDI doivent être différents de ceux de la commission d'appel d'offres, pour éviter tout conflit d'intérêt. Les membres proposés et élus sont : Patrick Martin, Pierre Cerboneschi, Frédéric Monneret, Dominique Maire, Bérangère Courtois, Mathieu Scaraffiotti, Cyril Bonnevie, Denise Bonnevie et Ingrid Tholmer.

Place ensuite au Club des Sports. Jusqu'à présent, trois élus de la commune avaient le droit de siéger au conseil d'administration du Club. Il a été demandé de modifier les statuts du Club pour que ce chiffre soit passé à quatre, afin de faire place à un membre de l'opposition. « Pendant la mandature précédente, Dieu sait que nous avons réclamé un siège pour l'opposition. Dès que leurs statuts seront modifiés [Ceux du Club des Sports], et je ne doute pas qu'ils accepteront, une quatrième place sera accordée, et je reviendrai immédiatement vers vous, pour que le groupe Val d'Isère 2050 ait une place » continue le maire en se tournant vers les conseillers concernés. Pour l'instant les membres proposés et élus sont Cyril Bonnevie, Lucie Martin et Philippe Arnaud. Gérard Mattis prend alors la parole pour affirmer que même si l'opposition ne reçoit pas de place, le groupe continuera de voter le budget, apportant ainsi un soutien à une institution indispensable pour Val d'Isère.

Les membres de quatre commissions importantes sont ensuite désignés.
- À la commission Finances et moyens généraux : Patrick Martin, Véronique Pesenti-Gros, Fabien Hacquard, Françoise Ouachani, Pierre Cerboneschi, Philippe Arnaud, Ingrid Tholmer et Pierre Roux-Mollad.
- À la commission Urbanisme et Environnement : Patrick Martin, Pierre Cerboneschi, Véronique Pesenti-Gros, Thierry Balenbois, Cyril Bonnevie, Pierre Roux-Mollard et Denise Bonnevie.
- À la commission Travaux : Patrick Martin, Françoise Ouachani, Thierry Balenbois et Denise Bonnevie
- À la commission Qualité de vie au sein du village et de ses hameaux (ancienne commission vie de village) : Fabien Hacquard, Anne Copin, Bérangère Courtois, Lucie Martin et Ingrid Tholmer.

Gérard Mattis demande pourquoi il n'y a pas de suppléants dédiés à la commission travaux. L'élu estime que la présence à ces commissions doit être systématique. Patric Martin répond qu'il pourra y avoir des ajustements.

Autres points techniques concernant la souscription à un contrat d'assurance pour la couverture du risque statutaire. Les agents communaux, en cas de maladie, d'accident ou autre, ont un salaire maintenu. La commune doit se couvrir face à ce risque financier. Val d'Isère délègue la gestion de cette assurance à un centre de gestion qui couvre 50 000 agents communaux partout sur le territoire. Cette assurance coûte 100 000 euros par an à la commune. Le maire donne ensuite la parole au nouveau directeur général des services, Jean Paul Orange (nous y reviendrons dans les infos avalines du vendredi 12 juin) pour donner davantage de détails. Il explique notamment que si la commune devait gérer seule ces contrats d'assurance, cela lui reviendrait beaucoup plus cher. Le point suivant est similaire, mais concerne cette fois-ci les agents, qui sont libres de choisir de souscrire à une assurance prévoyance qui couvre les pertes de revenus en cas d'accident maladie, etc. 75 agents communaux de Val d'Isère souscrivent à cette assurance. Dominique Maire demande s'il s'agit d'une assurance nouvelle ou si le système était déjà en place. Jean Paul Orange répond que c'est une reconduction d'un système existant.

Point moins technique avec une autorisation de défrichement . Dans le but d'améliorer les pistes de VTT de descente de la station, et notamment le bas de la piste verte « Popeye », il est demandé aux élus de voter pour une autorisation de défrichement sur certaines parties boisées de part et d'autre de la ligne du funiculaire. Gérard Mattis affirme qu'il s'agit d'une zone de contact entre cyclistes et marcheurs et que les risques d'accidents sont importants, il est donc très favorable à cette décision. Patrick Martin précise que ces travaux ne seront pas terminés d'ici début juillet, mais qu'il est important de commencer dès maintenant.

« La note suivante peut vous surprendre dans son timing » prévient le maire en présentant les tarifs du ski d'été 2020. « Après beaucoup d'efforts, le ski d'été a ouvert samedi au glacier », se réjouit Patrick Martin. Il poursuit en parlant des normes sanitaires « phénoménales » à mettre en place pour pouvoir ouvrir des établissements, organiser des événements. Pour le maire, tout est à réinventer cet été, mais l'ouverture du glacier samedi est, d'après-lui une « très bonne nouvelle ». Philippe Arnaud parle de son passage sur le glacier mardi matin. Il a rencontré les entraineurs des équipes qui sont, d'après lui, ravis du fonctionnement et de l'organisation du glacier. Gérard Mattis abonde, mais demande que des navettes soient mises en place pour transporter les skieurs entre Val d'Isère et le parking du Lac Céma. Il a compté 100 voitures et 60 fourgons hier matin. Le prix du forfait a augmenté, passant de 28,50€ le forfait journée en 2019 à 30€ cette année, le conseiller de l'opposition estime qu'il faudrait rajouter ce service. « Concernant les navettes, tu me concéderas Gérard que c'est particulièrement difficile cette année » lui répond le maire, qui affirme que la commune fera le maximum pour que ces navettes soient optimisées. Il enchaîne en rappelant que l'augmentation des tarifs est contractuelle avec Val d'Isère Téléphériques. Le maire enchaîne avec les déneigements du Col de l'Iseran. Il affirme ne pas avoir vu beaucoup de neige aux abords de la route. Il souhaite modifier la date d'ouverture du col de l'Iseran dans les années à venir, date habituellement fixée au deuxième vendredi de juin. «Compte tenu de l'évolution du climat, ce serait bien qu'on puisse avoir une discussion constructive avec le Conseil Général pour que cette date soit un tout petit peu avancée. » Dominique Maire remarque que l'on demande au conseil de voter les tarifs des forfaits de ski, alors que ceux-ci sont définis par l'avenant N°9 signé entre Val d'Isère Télépéhériques et la commune lors de la précédente mandature. Elle se demande ce qui se passerait si le conseil ne votait pas ses tarifs. « Voter contre, ça changerait pas grand-chose » concède le maire, qui parle d'une marge de manœuvre « pas très importante » pour négocier les prix des tarifs des forfaits. Sabine Demri demande si, en hiver, les tarifs des forfaits hébergeurs sont liés à l'avenant N°9. « Pas à ma connaissance », répond le maire. La conseillère, qui travaille à la Centrale de réservation poursuit en affirmant qu'il y a de vrais produits à mettre en place pour faire venir les clients sur des périodes creuses. "Je constate que, d'années en années ces périodes très intéressantes proposées par la STVI fondent comme neige au soleil". Elle cite l'exemple des tarifs spéciaux mis en place en fin de saison. L'hiver 2019, la réduction du prix du forfait était de 50% pendant les 15 derniers jours, elle aurait dû être de 40% cette année, et ne concernera que la toute dernière semaine de saison l'hiver prochain. « La STVI, comme nous, a intérêt, que dans ces périodes creuses il y ait du monde. Il faut être créatif pour proposer des produits packagés pour faire venir le monde à Val d'Isère » affirme le maire. Ce dernier poursuit en affirmant qu'il faut maintenir les dates d'ouvertures de saison d'hiver, mais tempère : « quand on voit l'enneigement que nous avons ces dernières saisons en mai, et qu'on ferme, et les efforts qu'on est amenés à faire cinq semaines plus tard pour ouvrir en juin, il y a des questions à se poser. »

Un avenant concernant les statuts de la Régie des pistes est ensuite étudié. Il s'agit de faire passer le nombre d'élus siégeant au conseil d'exploitation de cinq à six. Les six membres proposés et élus sont Patrick Martin, Philippe Arnaud, Véronique Pesenti-Gros, Mathieu Scaraffiotti, Cyril Bonnevie et Pierre Roux-Mollard.

Dans les questions diverses, Gérard Mattis tient à rendre hommage à Pascal Coudurier qui nous a quittés lundi. Ces obsèques auront lieu demain à Conflans, une délégation avaline devrait y assister. Pierre Roux Mollard demande s'il est possible d'obtenir un organigramme des services afin de se familiariser avec le fonctionnement de la commune. Patrick Martin lui répond qu'il y aura quelques changements dans l'organisation des services, mais qu'un organigramme sera bientôt disponible et qu'il sera transmis.

Patrick Martin introduit un nouvel élément des conseils municipaux, promis dans la campagne ; les questions du public. Benoit Launay demande si d'autres commissions vont être mises en place, en plus de celles discutées ce matin, notamment la commission montagne. On lui répond que oui. Françoise Mattis demande si le marché aux fleurs est maintenu. Pour l'instant il l'est et devra se tenir le dimanche 28 juin, en même temps que l'Iserane. Concernant la cyclosportive, la préfecture n'a pas encore donné son autorisation.

En fin de réunion il est annoncé que le prochain conseil municipal aura lieu le 3 juillet.