X (FERMER)

« Retour aux Infos Avalines


Son nom n'évoque peut-être pas grand chose aux nouvelles générations, et pourtant, Bernard Blas fait partie des pionniers de la deuxième génération de la station de Val d'Isère. Ce parisien d'origine a été en effet le président de la STVI, la Société des Téléphériques de Val d'Isère, pendant plus de 3 décennies. Issu de la famille qui avait créé un réseau de plusieurs centaines d'échoppes alimentaires « La Parisienne », Bernard reçut une éducation stricte et catholique qui lui amenait très rapidement le sens des affaires. À la mort de son beau père, M. Lemoine, un fervent de Val d'Isère, il hérite des actions et du poste d'administrateur de la STVI au début des années 70. Quelques années plus tard, il rachète les parts de Jacques Mouflier, le créateur en 1938 de la STVI, et devient actionnaire principal de cette société qui, à l'époque, ne tirait aucun bénéfice de l'exploitation des remontées mécaniques de Val d'Isère. Il faut le dire, l'investissement en la matière représentait alors un réel risque car, rien, sinon une pensée visionnaire, ne laissait augurer un succès possible. Mais Bernard Blas, fort de ses observations dans les stations américaines, impose le premier en Europe, et la même année que Verbier, le forfait de ski. Les skieurs ne skient plus avec des tickets de passage mais avec un forfait qui permet d'avoir la jouissance sans limite des remontées le temps du forfait. Résultat ? 30% de chiffres d'affaires en plus dès la première année d'exploitation sous cette forme. Il faudra attendre néanmoins près de 10 ans pour que la STVI dégage ses premiers bénéfices. C'est pour l'hiver d'exploitation 79/80. Dans les années 90, Bernard Blas veut développer sa société. Pour cela les actionnaires de la feu STVI deviennent actionnaire de la SOFIVAL, une holding qui gérera des filiales dont les stations de Valmorel, Avoriaz, la Rosière. La Sofival est aussi la maison mère de la nouvelle société filiale STVI spécialement créée pour gérer les remontées mécaniques de Val d'Isère. C'est cette filiale qui sera cédée en 2007 à la Compagnie des Alpes. Perdant de fait la présidence de la STVI, Bernard Blas, alors âgé de 81 ans, reste très actif et continue à gérer ses affaires, se diversifiant dans des orientations aussi différentes que, par exemple, des systèmes de laveries automatiques autos ou l'immobilier de cliniques. Il est parti mardi dernier, chez lui, à l'âge de 94 ans. Bernard Blas laissera le souvenir d'un entrepreneur et un négociateur hors-pair. Hardi travailleur, Il était aussi un gestionnaire brillant qui attachait une valeur certaine au moindre centime. On pense aujourd'hui à Nicole, sa femme, et à ses 4 enfants qui l'ont accompagné jusqu'au bout. Sa sépulture se déroulera lundi dans la plus stricte intimité à Paris. Il sera ensuite inhumé au cimetière des Batignolles.

Benoit Launay