X (FERMER)

« Retour aux Infos Avalines


L'opération est spectaculaire et exige du sang-froid ainsi qu'une véritable compétence que seuls l'opiniâtreté et le courage de pisteurs et chauffeurs de dameuses ont permis d'acquérir. Dans une pente aussi raide que la plus pentue de la Face de Bellevarde, 2 pisteurs et 2 chauffeurs sont montés hier matin en haut de la « Tourne » du Crêt. Cette tourne est une butte gigantesque construite par l'homme permettant de canaliser et dévier la neige en cas d'avalanche, épargnant ainsi les lieux de vie qui se situeraient en aval de cet ouvrage. Au fur et à mesure des chutes de neige, cette tourne se remplit de la masse naturelle de ces chutes, mais aussi des nombreuses coulées qui se déversent dedans. Lorsque l'accumulation de neige est trop importante à l'intérieur de ce goulet, il faut l'évacuer. Pour cela, il faut une dameuse, des hommes et pas mal de bravoure. Il faut dans un premier temps monter là-haut quasiment à flanc de montagne. Puis Cédric Bonnevie et Gérard Vuillermoz ont fait le reste à pied pour tirer le câble du treuil afin de l'arrimer à son point d'ancrage construit spécialement l'année dernière en haut de ce goulet. Il s'agit d'un exercice périlleux dans la mesure où la neige est profonde et la pente vertigineuse. Le câble, très lourd, est tiré avec une cordeline depuis la machine à la force de l'homme sur une dizaine de mètres. Guillaume Bibollet, le chauffeur très expérimenté, accompagné à l'intérieur de sa cabine par Emmanuel Doualle, le nouveau responsable du service chenillettes, profitait de cet ancrage pour déplacer d'une manière sécurisée les tonnes de neige accumulées. Une journée de travail qui permet à cette tourne de redonner sa fonction initiale protectrice de la population.

Benoit Launay