Radio-TV Val d'Isère

96.1 FM · +33 (0)4 79 06 18 66 · redaction@radiovaldisere.com
Twitter Facebook

X (FERMER)

« Retour aux Infos Avalines


Bonne humeur de rigueur hier soir au Conseil Municipal d'octobre. 13 Conseillers étaient autour de la table pour discuter des 17 points à l'ordre du jour devant un public composé de cinq personnes. Beaucoup d'humour, de sourires et quelques gentilles passes d'armes entre la majorité et l'opposition.

Après l'approbation du compte-rendu du conseil municipal d'août (l'opposition a voté contre) et la lecture de la liste des décisions du maire, les deux premiers points concernaient les conventions avec les futurs restaurants d'altitude de « Grand Pré » et des « Ruines de Tovières ». Ces conventions sont votées à l'unanimité, même si Véronique Pesanti Gros est réservée sur le second sujet, considérant que le projet est beaucoup moins avancé. Aucun permis de construire n'ayant encore été déposé, elle propose de reporter ce vote à plus tard, lorsque le conseil municipal aura plus d'informations. Le maire rejette sa proposition, affirmant que ce vote aidera la SAS Valion, dépositaire du projet, à gagner du crédit auprès des banques. Le premier magistrat assure que le permis de construire sera aussi examiné en conseil municipal. L'opposition s'étonne qu'il manque une page à la première convention dans le document qui leur a été remis.

Les cinq points suivants concernaient le budget et les tarifs des différentes prestations de la Régie des Pistes. Bien que Marc Bauer soit l'élu rapporteur, il laisse la parole à Gérard Mattis tant le sujet lui tient à cœur. Les nombreux secours de l'hiver, notamment dans les Gorges de Malpasset, ont entraîné une hausse des frais d'hélicoptère de 62 000 euros, largement compensée par la facturation de ce service dont les recettes s'élèvent à près de 130 000 euros. C'est un peu triste à dire, mais c'est une bonne opération pour la régie des pistes" concède le maire. "On devrait enlever les panneaux [indiquant que les Gorges sont infranchissables NDLR] ", continue en plaisantant Véronique Pesanti Gros. Cependant, Marc Bauer affirme qu'il est souvent difficile pour la Régie des Pistes de se faire payer ces secours, en particulier pour les résidents étrangers, les frais de poursuite étant souvent bien plus élevés que la note du secours. Dominique Maire et Philippe Borel continuent en proposant de s’inspirer de la réglementation d'autres pays beaucoup plus stricts en matière de paiement des secours. Les frais des secours sur le domaine skiable sont également votés à l'unanimité. À savoir que ceux-ci varient de 58 à 789 euros en fonction de la zone de l'accident. L'intervention de l'hélicoptère du SAF ( Secours Aérien Français) est facturée entre 396 euros sur piste et 512 euros en hors-piste. En cas d'utilisation de l'hélico du SAF pour des recherches de personnes, la minute de vol est facturée 41,35 euros. En revanche, les tarifs de transport par hélicoptère vers les hôpitaux de Bourg, Moutiers, Albertville et Grenoble paraissaient faux pour les conseillers, le trajet vers le centre hospitalier de Bourg St Maurice étant le plus cher alors qu'il est le plus près. Ce point est donc resté en suspens.

La police municipale est gestionnaire des objets trouvés. Pour l'argent liquide, au bout d'un certain temps sans réclamation, cet argent est versé a une association avaline tirée au sort chaque année. Cette année, c'est l'association Coup de Théâtre qui bénéficiera de cette subvention exceptionnelle. Il s'agit d'une petite somme, 240 euros, 90 pounds et 40 dollars. Ce don est voté à l'unanimité.

Les frais de fourrière pour un enlèvement de véhicule passent cette année de 117 à 120 euros. Interrogé sur le nombre de véhicules enlevés, le maire affirme ne pas avoir les chiffres précis en tête, mais parle de 40 à 50 véhicules par mois.

La décision budgétaire modificative n°4 est le seul point à l'ordre du jour qui n'a pas obtenu l'unanimité des votes, l'opposition votant contre, comme toute décision concernant le budget municipal. Au titre des investissements, les travaux du Centre de Congrès sont repoussés à 2020, et la subvention de 700 000 euros reportée sur le prochain budget. Une ligne de dépenses supplémentaire de près de 50 000 euros pour le garage à chenillettes du pied de la Face interpelle l'opposition. Emma Vaudey répond qu'il s'agit de travaux de création de réseaux de fibre optique et d'installation de transformateurs au pied de la face qui seront utilisés par le Club des Sports et ses prestataires pour le Criterium de la première neige. Le maire précise que cet investissement finira par faire faire des économies, l’achat de transformateurs électriques n'obligeant plus à en louer pour l’événement. L'opposition interpelle également Sebastien Frison sur la hausse non anticipée de charges de personnels à hauteur de 250 000 euros. L'adjoint chargé des finances concède qu'il s'agit d'une erreur d'appréciation lors de la création du budget 2019. Audrey Nalin tempère, précisant qu'il s'agit d'une hausse de 4% « seulement ». La vente de certains terrains sur la commune est sujette à une taxe qui représente près de 300 000 euros de revenus supplémentaires pour Val d'Isère pour 2019

La décision modificative suivante concerne le budget parkings. Celle-ci ne provoque pas de débats et est rapidement votée à l'unanimité.

En raison du passage de l'épreuve cycliste du Tour de l'Avenir en haute Tarentaise cet été et de sa retransmission télévisée sur Eurosport, la Communauté de Communes demande une participation financière aux communes membres à hauteur de 2 500 euros, au titre de la visibilité que cela apporte au territoire. Dominique Maire reproche que ce vote ait été fait a posteriori et regrette que ce budget ne soit pas pris sur celui de l'Office de Tourisme. Ça apprend aux gens à faire des arbitrages" estime l'élue de l'opposition. À savoir que les communes de Tignes et Les Chapelles sont exemptées de cette subvention en raison de leur participation au Tour de France

Les rapports d'activités des différentes infrastructures de la SEM Sogevaldi (Centre aquasportif, patinoire et Centre de Congrès) pour les exercices 2016/2017 et 2017/2018 n'étaient pas soumis au vote, mais ont provoqué quelques débats. L'opposition reproche que le dernier exercice en date ne soit pas mentionné. Emmanuel Cordival répond que, celui-ci ayant été bouclé le 30 septembre dernier, les chiffres ne sont pas encore disponibles. L'opposition, demande des explications sur la hausse des charges d'exploitation du Centre Aquasportif entre les deux exercices, passant de 1 380 895 euros à 1 572 300 entre les deux exercices, soit une hausse de près de 14%. Une hausse qui "n'est pas neutre" estime Véronique Pesanti Gros, qui estime cependant que cette infrastructure est nécessaire au bon fonctionnement de la station. Marc Bauer affirme que le Centre Aquasportif est une réussite pour Val d'Isère, qu'en hiver le centre réalise un millier d'entrées par jour en moyenne et qu'une infrastructure similaire est toujours déficitaire. Le débat s'ouvre aux autres infrastructures et dépasse largement le cadre de ces deux exercices. Dominique Maire reproche les résultats en baisse du Centre des Congrès affirme qu'il est "un peu obsolète" le maire prend la mouche, affirme que toutes les salles ont été refaites et que le CHO a battu son record fréquentation et de chiffre d'affaires, cet hiver "en euros constants" depuis sa création en 1992. Dominique Maire s'appuie sur les chiffres entre 2012 et 2017 ce à quoi le maire répond "vous, vous êtes des gens du passé". Dominique Maire ne se laisse pas faire et répond avec le sourire :  "Vous n'êtes pas une personne du passé ? vous voulez rire ? Ça fait douze ans que vous administrez cette commune".  "Oui, mais je suis toujours plein d'enthousiasme et de compétences", termine le premier magistrat.

Dans les questions diverses, Dominique Maire demande une réaction au maire sur la fréquentation touristique de cet été. Nous en parlions dans les infos avalaines du lundi, la fréquentation est en baisse de 3,8%. Le maire répond que, d'après lui, les socio-professionnels sont satisfaits de leur été. Le mois d'août avait été bon, et juillet été difficile. Cette situation est similaire dans les autres stations, y compris en bord de mer. Il affirme qu'il faut continuer à soutenir le mois de juillet avec des événements, ce à quoi Dominique Maire répond que lors de la dernière commission évenement, rien de neuf n'avait été proposé. "vous êtes une citadine qui débarquez", lui rétorque le premier magistrat qui continue en affirmant que les activités de la SEM sont en progression cet été. Véronique Pesanti repart à la charge et reproche les fermetures de route systématiques l'été. On lui répond qu'elle n'est fermée qu'une fois pendant l'Iserane et qu'une déviation est mise en place pour les autres animations. "Val d'Isère se porte bien, c'est reconnu unanimement sauf par vous trois [s'adressant à l'opposition]" conclut le maire. Le prochain conseil municipal devrait avoir lieu le 26 novembre.