Radio-TV Val d'Isère

 96.1 FM · +33 (0)4 79 06 18 66 · redaction@radiovaldisere.com

X (FERMER)

« Retour aux Infos Avalines


Il était 9h45 ce samedi lorsque les secours ont été avertis du crash d’un ULM sur le plateau de Tovière à proximité de la piste d’atterrissage de l’altisurface éponyme. Un randonneur avait remarqué la présence de cet aéronef blanc totalement détruit à flanc de montagne, à une cinquantaine de mètres à droite de la piste. Il pensait dans un premier temps qu’il s’agissait d’un accident datant de quelques jours mais voyant des personnes bouger à l’intérieur, il comprenait rapidement que le crash venait de se produire. Il tentait alors d’appeler les secours mais, sans réseau, il ne pouvait rien faire. Au même moment, un avion venant de Megève atterrissait sur la piste et voyant le sinistre, le pilote donnait immédiatement l’alerte. Le petit avion, un ULM 3 axes, venait de s’écraser sur la montagne à l’atterrissage. Les 2 occupants, un père de 74 ans et son fils de 45 ans, étaient encore à l’intérieur. 2 Hélicoptère du PGHM de Chamonix et de Modane étaient alors diligentés sur place afin de procéder aux secours et aux premiers soins. Les 2 occupants de l’appareil étaient conscients. Le père, polytraumatisé, était acheminé à l’hôpital de Grenoble et le fils, souffrant de la cheville et d’un traumatisme crânien engendrant un saignement important, était évacué vers l’hôpital d’Annecy. Le pronostic vital de ces 2 personnes n’est pas engagé. L’altisurface de Tovière est une zone de vol très fréquentée par les amateurs de montagne. Elle sert aux pilotes de lieu d’apprentissage car sa pente est très représentative des milieux montagnards. Depuis quelques années, une poignée de passionnés, dont un ancien pilote de chasse, s’investissent pour reformer l’aéroclub local et transformer cette piste en altiport, ce qui, en termes d’exigence sécuritaire et facilités d’usage, rendrait les opérations de trafic plus aisées. La commune de Val d’Isère suit ces opérations de près. Elle s’est engagée à une étude floristique afin de prévoir des travaux d’aménagements permettant par exemple d’agrandir les zones de retournements. Une enquête du BGTA a été ouverte car on ne connaît pas les causes de cet accident qui s’est produit sous une météo clémente.