Radio-TV Val d'Isère

 96.1 FM · +33 (0)4 79 06 18 66 · redaction@radiovaldisere.com

X (FERMER)

« Retour aux Infos Avalines


C’est dans une salle comble et un Centre des congrès grouillant de monde que la 23ème édition du Festival Aventure et Découverte de Val d’Isère a été inaugurée à 17h cet après midi. Depuis 1997, ce festival, référence national en la matière, repense l’homme. De sommets des montagnes jusque dans les profondeurs de l’océan, de l’ivresse des airs aux larmes d’efforts, le Festival sublime l’homme dans ses conquêtes à condition que ces ébats avec la nature en reste une terre préservée.
Ce soir, lors de la cérémonie d’ouverture, Sylvain Tesson, le maître de débats plus en verve que jamais, a donné sa définition de l’Aventure comparant son évolution à celle des décennies lui correspondant. « Il y a quelque chose qui se dessine dans la sélection de cette année. On sent l’inquiétude. Il y a le sentiment que des mutations sont en train de s’opérer. Nous sommes là sur un point de bascule et cela est intégré dans les films que nous allons voir. Le sentiment que nous sommes dans des pentes qui s’éboulent… L’Aventure porte un propos sur le monde et on ne peut plus en 2019 uniquement prendre le monde pour un terrain de jeu désinvolte » devait-il définir dans ses prémisses à la présentation des membres du jury, pour lesquels il s’est délibérément allié à un humour puisant le rire et le sourire dans sa culture du mot qu’il magnifie avec élégance et malice.
Le Festival est aujourd’hui lancé. 4 jours de projections pour 11 films en compétition que devront juger public et jury. Elisabeth Quin, présentatrice du 28 minutes sur Arte et présidente de l’événement, Hélène Gateau, Chroniqueuse animalière dans différentes émissions, et Christophe Raylat, réalisateur de documentaires, siégeront dans les fauteuils des observateurs avisés de la programmation. On comptera aussi parmi eux Nouria Newman bénéficiant d’un statut particulier. Elle a en effet vécu son enfance au Villaret du Nial en amont du barrage de Tignes et est allée à l’école de Val d’Isère. Puis, de déménagements en activités passionnelles, elle a construit une carrière de kayakiste de l’Extrême.

Benoit Launay